5è comité de pilotage de Cettia

Le 5è comité de pilotage de Cettia s'est tenu le 16 septembre dernier dans les locaux de la Cité Régionale de l'Environnement. 

Y étaient représentés les membres du comité de pilotage suivants : Natureparif, Seine-et-Marne Environnement, la DRIEE, les départements 75, 77, 91, 92 (nouveau membre), 94 et 95, l'Agence des Espaces Verts (nouveau membre), le CBNBP, l'OPIE, la SHF, la SFO, Naturessonne, l'ANVL, le développeur de Cettia. Etaient excusés le département 93, la Région, le représentant des PNR. 

Statistiques

Durant les mois les plus favorables de l'année (mai-juillet), entre 15000 et 17000 données ont été saisies par mois. Une nette baisse se fait ressentir au mois d'août (8125 données) du fait des congés. Alors que 78% des données de la base proviennent de Seine-et-Marne, cette proportion est de 65% au cours des 5 derniers mois : l'Essonne, en particulier, fournit 16,5% des données sur cette période. Cettia accueille pour l'instant une centaine de contributeurs réguliers (ayant saisi plus de 200 données), cependant, 9 observateurs fournissent 50% des données de la base.La flore et les insectes totalisent chacun un quart des données saisies dans la base, les oiseaux 42%.

Développements récents

Cela n'aura pas échappé aux contributeurs de Cettia : plusieurs petites améliorations ont récemment été apportées, en particulier un système d'alerte permettant de limiter les erreurs de saisie et d'identification. Ainsi, lorsque l'on s'apprête à saisir une donnée d'espèce rare ou une espèce encore jamais observée, un bandeau informatif apparaît. Le travail est en cours pour obtenir le même système d'alerte pour les données hors phénologie classique. Elle est pour l'instant opérationnelle uniquement sur les odonates.Signalons également que les codes couleur de rareté ont changé (les espèces exceptionnelles, RRR, deviennent violettes, et les très rares, RR, deviennent rouge), en accord avec les codes généralement utilisés. Des statuts de rareté ont été ajoutés pour certaines espèces qui n'en avaient pas encore. L'ajout d'un filtre "espèces Natura 2000" est prévu pour faciliter les recherches dans l'explorateur. Des mots clefs ont été ajoutés pour les arachnidés et complétés pour certains autres taxons en fonction des demandes formulées. La limite des caractères à saisir dans la case commentaire a été étendue de 255 à 1000.  L'ajout de petites info-bulles aidant à la saisie est également programmé.

Imports de données

Le travail sur l'import automatisé de fichiers de données est presque achevé. Les premiers tests d'imports ont été effectué avec succès. Le temps de nettoyage et de mise en forme des fichiers peut être assez long, même si le module permet une certaine souplesse en terme d'orthographe (accents, tirets, articles de communes, par exemple, sont facultatifs). Il est également possible d'importer des données sans date précise, sur des périodes, même s'il est souhaitable que ce genre de cas de figure reste limité aux cas indispensables. De nombreux membres du comité de pilotage sont dans l'attente de pouvoir importer leurs données. Il est également prévu d'importer prochainement une partie des données de l'INPN. L'import de données protocolées n'est pas encore possible, mais sera envisageable pour de gros jeux de données uniformes.

Circulation des données

Cettia s'inscrit dans le cadre du SINP francilien, et joue à ce titre le rôle de plate-forme régionale du SINP. Elle constitue donc le point d'entrée (soit par la saisie directe, soit par des imports de jeu de données) des données naturalistes dans le circuit SINP, et celles-ci remontent ensuite au niveau national directement via Cettia pour la faune, et via la base de données Flora du CBNBP pour la flore. 

Au titre du SINP, Cettia a notamment vocation à recueillir les données naturalistes des organismes publics. La collaboration des départements, en particulier, est très avancée. Dans certains cas, Cettia est déjà la base de donnée officielle, dans d'autre, la transition est entamée. Il en est de même pour les Parcs Naturels Régionaux. Les données des réserves pourront également transiter par Cettia, Natureparif se chargeant de leur transformation pour l'envoi au format souhaité à RNF. La saisie directe des données dans cettia par les prestataires est également souhaitée (dans certain cas, il sera possible de masquer les données le temps que l'étude soit achevée).

En Seine-et-Marne, où Cettia est utilisée par plusieurs services du département, les données qui y sont saisies constituent dores et déjà un support essentiel pour l'analyse des documents d'urbanisme. 

Exports de données

Jusqu'à présent, aucune demande d'export n'a été refusée par le comité de pilotage. Le comité de pilotage réitère son souhait de développer un module permettant à tous les contributeurs de connaître les exports ayant été effectués et de donner à chacun la possibilité de connaître les exports pour lesquels ses propres données ont été transmises. Ce développement est prévu pour 2016.

Il est accepté que pour les structures impliquées dans Cettia, à l'image de l'ANVL ou de Naturessonne, par exemple, la demande d'export se fasse une fois par an et que durant cette période ils disposent d'un droit d'export de l'ensemble des données sur leur périmètre, qu'ils pourront utiliser en accord avec la charte d'utilisation de Cettia. Les données cachées ne peuvent être utilisées sans l'accord de l'observateur, susceptible d'être contacté par les structures lors de la rédaction de synthèses. 

Validation

La validation de certains taxons peut poser certaines difficultés du fait du manque de spécialistes ayant le temps de s'en charger. Si la validation par les pairs (chaque utilisateur de Cettia peut interroger une donnée) paraît suffisante pour les taxons les mieux connus (vertébrés, flore, papillons, odonates, orthoptères...), elle reste insuffisante pour certains groupes plus confidentiels. L'OPIE se chargera de filtrer les données "incertaines" des taxons plus difficiles avant l'envoi des données annuelles à l'INPN. Cependant, la contribution de tous reste le moteur essentiel pour avoir une base de donnée la plus fiable possible.

Données des réserves

Il a été suggéré que les réserves naturelles étant des lieux sensibles, les données y soient automatiquement cachées, le risque avancé étant que la connaissance d'une information incite à contrevenir au règlement des réserves, en sortant des chemins par exemple. Le comité de pilotage s'est prononcé contre le floutage automatique des données effectuées dans les RN, et souhaite laisser le choix aux observateurs de cacher ou non leurs données. Dans le cas des réserves fermées au public, le seul contributeur étant le gestionnaire de la réserve, il sera libre de cacher ou non l'ensemble des données du site.

Avancement de l'observatoire régional de la biodiversité

Suite à l'ouverture de l'observatoire des odonates, des mécoptères et des fourmilions au printemps, la mise en ligne de l'atlas des mammifères non volants est proche : les textes sont rédigés, l'import de 1500 données supplémentaires est en cours, les indicateurs automatisés prochainement développés. Un rapprochement avec la SFEPM est programmé. L'atlas des reptiles et amphibiens est également presque achevé. Les textes sont tous rédigés sauf pour deux espèces. Une collaboration est prévue avec la SHF par le biais d'une convention. Début 2016, l'atlas dynamique des papillons de jour sera ouvert, parallèlement (ou un peu avant) la sortie de la liste rouge régionale. L'OPIE en assure la rédaction. Des discussions sont à engager avec le CORIF et la LPO pour valoriser les données oiseaux et notamment mutualiser les connaissances acquises dans Cettia et dans faune-idf sur ce groupe taxonomique. Enfin, les réflexions avancent concernant le chiroptères et des protocoles doivent être créés et testés dans Cettia avant qu'un observatoire dynamique puisse voir le jour.

Parallèlement à ces entrées par groupes taxonomiques, une entrée par territoires sera développée en 2016.

Application mobile

Le projet est relancé, et une première analyse fonctionnelle a été débutée. Un développement est prévu durant la première partie de l'année 2016.