Mis à jour : 01/08/2019

Cettia îdF offre aux utilisateurs la possibilité de saisir leurs données, mais également d’importer de grands jeux de données. Cela peut être particulièrement utile pour les jeux de données anciens ou ceux provenant d’autres bases de données. Importer des jeux de données dans Cettia îdF permet de s’assurer que les observations que vous ou votre structure avez produites seront bien intégrées aux différents programmes et études, du niveau local à l’échelle internationale. En ce qui concerne les données réglementaires postérieures au 1er juillet 2018, celles-ci doivent désormais être importées sur le site national de téléversement (*). 

Transmettez-nous vos fichiers d'import (ou vos questions) à l'adresse : sinp@iau-idf.fr.

Comment préparer son fichier d'import ?

Les informations obligatoires pour importer un jeu de données sont : l’espèce, la date, l’observateur et le lieu. Cependant, ces 4 informations doivent être renseignées de manière à pouvoir être exploitées.

  • Ainsi, l’espèce doit être correctement orthographiée et correspondre aux référentiels taxonomiques en vigueur (Taxref). Le nom scientifique doit être utilisé (avec ou sans auteur), ou le code cdNom.
  • La date doit idéalement être précise, mais renseigner une donnée au mois ou à l’année est possible. Il faut cependant que l’information garde une utilité. 
  • L’observateur doit idéalement être renseigné sous la forme d’une adresse mail associée à un compte Cettia : il est ainsi demandé de se créer un compte, ce qui permet d’associer celui-ci aux données importées. En particulier, cela permet de recevoir les demandes liées à la validation des données, pour les données sortant notoirement de l’ordinaire.
  • Le lieu doit être fourni sous forme de coordonnées XY, en précisant le référentiel géographique utilisé. Un champ associé doit également indiquer la précision de la donnée et un autre le code INSEE de la commune (cela permet de vérifier d’éventuelles erreurs de projection). Les données non précises (échelle communale, échelle d’un massif forestier) ne sont normalement pas importées, sauf si celles-ci présentent un intérêt particulier.

Passées ces informations obligatoires, d’autres informations sont très utiles et souhaitables :

  • l’effectif, avec des codes pouvant correspondre au nombre de mâles, de femelles, d’adultes, de jeunes, etc.
  • les mots clefs : ils permettent de caractériser plus précisément l’observation. Ils incluent notamment les indices de reproduction ou d’autochtonie, des informations comportementales ou liées à l’habitat, la cause de mortalité, etc. Visualisez la liste de tous les mots clefs existants pour chaque groupe taxonomique.
  • l’étude : si les données ont été produites dans le cadre d’une étude, des champs mentionnant le nom de l’étude, le nom du commanditaire et la nature de l’étude apportant les détails utiles doivent être renseignés. Cela permet notamment de conserver une trace de cette métadonnée lors de la circulation des données. 
  • les remarques : tout ce qui n’entre pas dans un champ existant peut être renseigné sous le format de remarque. Il en va également ainsi des co-observateurs, car la donnée ne peut être associée qu’à un seul compte observateur lors d’un import. 

Quelles données ont déjà été importées ?

Les données importées représentent près de la moitié de l’ensemble des données contenues dans Cettia îdF. Ainsi, une partie de la base de données de l’Opie figure désormais dans Cettia (données sur les Rhopalocères, les Odonates et les Orthoptères), ainsi que toutes les données régionales qui figuraient dans la base de la Société Herpétologique de France (SHF) et la plupart de celles de la Société Nationale de Protection de la Nature (SNPN). Certaines associations locales ont entamé le travail de mise en forme et d’import de leurs anciennes données : c’est par exemple le cas de l’ANVL et de NaturEssonne. L’ensemble des données historiques du PNR de la Haute Vallée de Chevreuse est intégré, ainsi que celles d’un certain nombre de réserves (RNN Bassée, RNR du bassin de la Bièvre, RNR du Grand-Voyeux, RNR du site géologique de Limay).

En ce qui concerne les collectivités, un gros travail d’import de l’ensemble de la base de données de la Ville de Paris et du Département des Hauts-de-Seine ont eu lieu. Ceux de la Seine-et-Marne et de la Seine-Saint-Denis ont été partiellement réalisés et doivent être achevés en 2019. Toutes les données détenues par l’Agence des Espaces Verts ont également intégrées. 

Certaines données issues de programme de recherche ont été importées, notamment celles de Vigie-Chiro et du Spipoll

En échange des données mises à disposition des Bureaux d’études à leur demande, ceux-là intègrent de plus en plus régulièrement les données qu’ils effectuent – cependant désormais celles-ci devront être importées depuis le site national de téléversement dédié

Enfin, les observateurs, individuellement, peuvent faire parvenir leurs données brutes mises en forme s’ils souhaitent les voir intégrer Cettia îdF, même lorsqu’elles figurent déjà dans d’autres bases de données ne collaborant pas encore. Il est également possible d’importer des données provenant de Cardobs, les comptes des utilisateurs permettant des exports plus complets que ceux de l’INPN. 
 

Process de validation des données dans Cettia

Comme lorsqu’une donnée est saisie, une donnée importée est susceptible d’occasionner un questionnement par n’importe lequel des utilisateurs de la base : mention auparavant inconnue d’une espèce très rare, date inhabituelle, effectif très élevé, etc. Les observateurs saisissant régulièrement leurs données sur Cettia îdF sont familiers des demandes de vérification, mais on peut supposer qu’un contributeur souhaitant uniquement contribuer avec un fichier d’import pourra être surpris de recevoir une demande. Le mail indique un lien sur lequel cliquer : il faut alors se connecter à son compte Cettia et répondre au mieux à la question. L’issue de la discussion déterminera assez naturellement si la donnée est validée, considérée comme incertaine ou si une modification est nécessaire. 

Process de validation des données dans Cettia


Rechercher des données importées

Dans l’explorateur de données de Cettia, aller dans l’onglet « contexte » et dans le champ « filtre import », il est possible de rechercher un jeu de donnée importé en débutant la saisie par la date (format année-mois-jour).

 

Transmettez-nous vos fichiers d'import (ou vos questions) à l'adresse : sinp@iau-idf.fr.

 

(*) conformément à l'article L411-1 A du Code de l'environnement les données brutes de biodiversité «acquises à l'occasion des études d'évaluation préalable ou de suivi des impacts réalisées dans le cadre de l'élaboration des plans, schémas, programmes et autres documents de planification mentionnés à l'article L.122-4 et des projets d'aménagement soumis à l'approbation de l'autorité administrative» doivent quant à elles être reversées sur la plateforme nationale de Dépôt Légal de Biodiversité.