Mis à jour : 01/08/2019

Les données saisies dans Cettia îdF font l'objet de demandes d'export régulières (voir le dernier bilan des exports) et contribuent à de nombreux programmes de suivi, d'étude et de protection de la faune francilienne. Retrouvez ci-dessous une liste non exhaustive :

Niveau national et international :

Cettia ÎdF constitue, avec la base Flora, la plate-forme régionale du Système d'Information sur la Nature et les Paysages (SINP). Toutes les observations qui y sont entrées alimentent ainsi la plate-forme nationale, l’Inventaire National du Patrimoine Naturel (INPN), et les plates-formes internationales, en particulier le Global Biodiversity Information Facility (GBIF). Ainsi, toutes les données saisies dans Cettia ÎdF sont susceptibles d’être utilisées par l’ensemble des programmes et études faisant appel à ces bases de données : cela peut être le cas des atlas et des inventaires nationaux, des listes rouges nationales, des Plans Nationaux d’action, des indicateurs de l’Observatoire National de la Biodiversité, etc. Un nombre croissant de programmes de recherche sollicitent les données de Cettia.

Niveau régional et local :

Au niveau régional, l’objectif est d’échanger les données autant que de besoin et de tendre vers les coopérations entre les différentes bases.

Toutes les données flore et fonge sont ainsi envoyées périodiquement (une à deux fois par an) au CBNBP pour alimenter la base de données Flora. Les collectivités administrant leur propre base de données reçoivent sur demande l’ensemble des données concernant leur territoire si celle-ci participent en retour à Cettia avec leurs données. C’est par exemple le cas de la majorité des Départements ainsi que de certaines intercommunalités, communes et syndicats. Il en va de même pour la majorité des Parcs Naturels Régionaux et des Réserves Naturelles, ainsi que pour l’Agence des Espaces Verts.

Les Atlas dynamiques de la biodiversité et l’Observatoire des territoires sont alimentés à partir des données provenant de Cettia îdF. Ces données servent également à la mise à jour des Zones Naturelles d'Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique (ZNIEFF), à la réalisation des Listes rouges régionales, à la mise en œuvre des politiques de conservation de la biodiversité, en particulier les Plans Régionaux d’Action (PRA), la Stratégie de Création des Aires Protégées (SCAP) et les obligations réglementaires liées à l’interdiction de destruction d’espèces protégées. Les politiques de conservation menées par certaines associations ou collectivités sollicitent les données contenues dans la base, ainsi que les collectivités mettant en œuvre leurs Atlas de la Biodiversité Communale. Les publications naturalistes régionales font également systématiquement appel aux données hébergées dans Cettia îdF.