Une nouvelle espèce d’Opilion pour l’Ile-de-France : Nemastoma lugubre

Jusqu’au début des années 2000, les Opilions (appelés aussi Faucheux) n’avaient que peu été étudiés en France. Depuis une dizaine d’années, ce groupe a suscité un regain d’intérêt, ce qui a permis la découverte de nouvelles espèces dans notre pays, espèces connues de pays limitrophes. En France, ce groupe est, en l’état actuel des connaissances, représenté par environ 130 espèces, dont de nombreuses espèces à répartition limitée (méridionales ou montagnardes). En Ile-de-France, une trentaine d’espèces sont recensées.

Parmi les Opilions, les représentants de la famille des Nemastomatidae se caractérisent par leur petite taille (1 à 3 mm) et, pour plusieurs espèces, par leur corps noir, avec ou sans taches blanches sur l’abdomen (genre Nemastoma et Paranemastoma).

Le 5 avril 2016, Pierre Tillier a capturé deux individus appartenant au genre Nemastoma en bordure du marais du Rabuais, sur la commune d’Arronville (Val-d’Oise). Un examen des spécimens a montré que l’un d’entre eux était un Nemastoma bimaculatum (Fabricius, 1775), espèce assez commune et largement répartie dans le nord de la France, mais que le deuxième présentait les caractéristiques de Nemastoma lugubre (Müller, 1776), espèce non recensée en Ile-de-France et bien moins fréquente à l’échelon national. Les photographies ci-dessous illustrent les différences nettes entre les 2 espèces au niveau des taches abdominales, dédoublées chez N. bimaculatum et quasi-rectangulaires chez N. lugubre.

En France, Nemastoma lugubre ne se trouve que dans le Nord-Est, où elle est en limite de répartition, l’espèce étant plus fréquente en Belgique, Luxembourg et Allemagne. Jusqu’alors, les stations les plus à l’ouest étaient situées dans le département du Nord et dans l’est de l’Aisne. Cette station de Nemastoma lugubre dans le Val-d’Oise constitue la première pour l’Ile-de-France et repousse ainsi la limite ouest de répartition pour cette espèce en France.

Commentaires

Pierre a encore frappé !!
Joli.

On ne trouve que ce que l'on cherche ... bravo !