Utilisation des codes "atlas" pour les oiseaux

Ca y est c’est le printemps, les oiseaux se mettent à chanter. Les observateurs consciencieux s’empressent de saisir leurs précieuses données dans Cettia en y ajoutant le code atlas adapté.

Même si en règle générale, la liste des mots-clés est assez claire et bien utilisée, certaines erreurs de saisie sont régulièrement notées dans la base.

Une petite mise à jour s’imposait avant que la saison 2016 ne démarre réellement.

D’une manière générale, il est demandé aux observateurs d’être vigilants sur la saisie des indices pour la nidification (notamment des indices possibles ou probables : codes 01, 02 et 03 notamment).  Le code atlas « habitat favorable » ne doit être utilisé qu’en période de nidification et uniquement lorsque l’on pense qu’il est possible que l’espèce niche sur le site en question. Pour certaines espèces, il serait préférable de ne pas l’utiliser. Bien sûr, il ne s’agit pas de remettre en cause l’interprétation ou le jugement de chaque observateur mais de rechercher un cadre de saisie dans un souci d’harmonisation. Ce cadre, qui s’appuie sur les travaux effectués par d’autres bases de données, n’est cependant pas figé et peut être discuté.

Voici quelques groupes d’espèces qui posent souvent problème.

- Grèbes :

Un habitat favorable pour la nidification des Grèbes est un site qui comporte suffisamment de végétation aquatique qui leur permettrait de construire un nid.

Le cas du Grèbe à cou noir pose problème car des individus erratiques peuvent être observés tout au long de l’année sur divers plans d’eau. Il serait donc, pour cette espèce, souhaitable de n’attribuer un code atlas qu’à partir du code 04.

- Espèces coloniales :

Pour  les espèces coloniales, l’attribution d’un indice possible en dehors d’un site de reproduction (colonie) ne semble pas pertinente. Les individus s’éloignant souvent des sites de nidification à la recherche de nourriture. Pour ces espèces, ne saisir uniquement des codes atlas qu’à partir du code 06. Cela concerne le Grand Cormoran, les Ardéidés, les Laridés, les Sternes, l’Hirondelle de rivage et le Corbeau freux.

- Anatidés :

Pour les Anatidés, l’attribution d’un code de nidification peut s’avérer délicat. La présence d’individus migrateurs ou estivants peut entraîner une mauvaise appréciation du statut de nicheur. Par exemple, l’observation d’un couple de Sarcelles d’été sur un étang début mai ne signifie en aucun cas une nidification probable sur le site. Il serait donc, pour les Anatidés, souhaitable de n’attribuer un code atlas qu’à partir du code 04. En cas de doute réel (présence en juin, etc), le code 01 peut néanmoins être utilisé.

- Passereaux migrateurs:

Attention aux migrateurs tardifs qui peuvent être observés dans des habitats favorables lors de leur halte migratoire et peuvent même parfois y stationner quelques jours et chanter. Il faut notamment être vigilant sur les  espèces nicheuses peu communes et localisées (Phragmite des joncs, Tarier des prés, Traquet motteux, Pouillot siffleur, Pouillot de Bonelli, Pie-grièche écorcheur, Gobemouche noir, Fauvette babillarde, etc), mais également pour certains nicheurs plus fréquents : les pouillots fitis chanteurs en mars-avril peuvent être des locaux ou des migrateurs : plusieurs passages sont généralement nécessaires pour vérifier qu'il s'agit d'un chanteur cantonné. 

- Espèces non nicheuses :

Certaines erreurs ont été notées dans la base concernant l’attribution de code atlas à des espèces ne nichant pas en Ile-de-France. Par exemple, le Chevalier culblanc est régulièrement noté en juin sur les plans d’eau de la région et l’on pourrait être tenté de cocher « habitat favorable, période de nidif. ». De même, pour la Grive mauvis qui s’égosille parfois lors des belles journées d’avril (il existe d’ailleurs pour ce cas-là un mot-clé « chant HORS saison de nidification »).

Ces espèces ne nichant pas en France, il n’est pas pertinent de mettre un indice de nidification.

-Espèces nicheuses précoces :

Vous avez peut-être remarqué qu'un message d'alerte s'affiche automatiquement lorsque vous saisissez un code atlas avant le mois de mars. Néanmoins, certaines espèces sont déjà effectivement cantonnées dès le mois de décembre ou janvier. Une Grive draine chantant en décembre peut constituer un indice de nidification 02 ; un pic tambourinant en janvier également. L'apparition de ce bandeau n'est donc pas une interdiction à renseigner un code atlas.