Les bourdons ont leur statut de rareté

En faisant la synthèse des travaux effectués par les belges et par les bas-normands, nous sommes en mesure de proposer des statuts de rareté informels concernant les bourdons d'Île-de-France. Cela permettra aux observateurs de bourdons de mieux savoir si l'observation qu'ils ont effectué est importante !

Très peu de bourdons ont pour l'instant fait l'objet de saisie dans Cettia : si certaines espèces sont difficiles à distinguer, certaines ne posent pas de problèmes ! Vous pourrez notamment trouver quelques bons critères de détermination ici : http://www.atlashymenoptera.net/page.asp?id=160

Les bourdons font partie des hyménoptères sont le déclin a été assez bien documenté. De nombreuses espèces sont désormais très rares, ou ont disparu de nos régions du fait des changements d'occupation des sols et des pratiques agricoles. Certaines ont au contraire su mettre à profit l'intensification agricole et la perte de compétiteurs. Le concept d'homogénéisation biotique s'applique ainsi particulièrement bien à ce groupe. 

Seulement 8 espèces sont qualifiées de "communes" : Bombus terrestris, Bombus pratorum et Bombus lapidarius sont même très communes, quand Bombus hortorum, Bombus hypnorum, Bombus lucorum, Bombus sylvestris et Bombus vestalis sont communes. Deux espèces sont "assez rares" : Bombus campestris et Bombus ruderarius. Toutes les autres sont rares à exceptionnelles.

Bonnes observations de bourdons !